Illusions d'une vie sans Dieu

Publié le par Pascal Babel'a

Esaïe 5:20  Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l'amertume en douceur, et la douceur en amertume!

 

 

 

La Bible s’ouvre et se ferme sur des notions temporelles : « Au commencement… » (Genèse 1 :1) « oui, je viens bientôt » (Apocalypse 22 :20). Cela devrait nous tiquer un temps soi peu, que la Parole du Dieu Eternel pour les hommes cadre son message dans le temps. En réalité, c’est notre vie qui est cadrée dans le temps, c’est notre vie ici bas qui est limitée, et le message de Dieu ne pouvait que suivre le temps du « commencement », et de la fin de notre vie ici bas pour que Jésus, celui a le dernier mot puisse revenir juger et rétribuer, selon la manière que nous avons mené notre vie, selon l’usage fait de ce don.

 

Un ami chrétien, désirant contribuer à la diffusion de l’Évangile, s’est adressé à un journal gratuit pour faire passer, en payant le prix, une annonce pour offrir des brochures annonçant l’Évangile. On le lui refuse, au motif que ce qui est religieux est exclu.

 

Mais si l’on veut diffuser de la pornographie, des offres de services pour pratiques occultes (voyance, astrologie, magiciens, etc.) des offres de rencontres immorales  (un homme de 60 ans, cherche jeune fille 18-22 ans) ? Tu es alors bien accueilli, et une diffusion rapide de tes offres est assurée.

 

 

 

Les gens aujourd’hui vivent hors du temps de Dieu, c’est comme si on était dans un monde parallèle, où le seul ordre est celui du contentement de la chair, d’assouvissement des désirs et convoitises de ce corps. Les ténèbres morales se développent et s’épaississent sur notre monde d’aujourd’hui. La Bible nous en dit quelque chose : « Puisque ayant connu Dieu, ils ne l'ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur coeur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d'être sages, ils sont devenus fous; (Romains 1:21-22). Cela rappelle aussi  l’épisode de l’évangile de Marc 5 où les habitants de Gadara ne voyaient pas d’obstacle à vivre dans le voisinage d’un démoniaque dangereux et violent, vivant nu dans les sépulcres et hurlant. Par contre, quand Jésus l’eut guéri, ils prièrent Jésus de quitter leur ville.

 

 

 

Les ténèbres spirituelles et morales sont pires que l’obscurité ordinaire, car elles ne sont pas dissipées par la lumière. Pourtant Jésus dit « Moi, je suis la lumière du monde » (Jean 8:12). La lumière éclaire tout homme (Jean 1:9). Mais aujourd’hui, c’est quand tu vis dans les ténèbres que l’on te dira que « tu vois clair ». Illusion de lumière alors qu’en réalité, on est totalement « dans le noir ». Et les gens semblent aimer les ténèbres mieux que la lumière » Jean 3:19-20 : «   Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées

 

 

 

Alors que la lumière du Dieu créateur est à même de nous éclairer et nous permettre de retrouver les trésors divins, mille fois meilleurs que ces richesses qui font courir les gens vers le bas fond de la vie, en ayant l’illusion que tout va bien.

 

 

 

Aujourd’hui on se dit fier de lever tous les interdits, tous les tabous, c’est-à-dire d’aborder tous les sujets, de faire tout ce qui est faisable, spécialement ce qu’on estimait jusqu’ici préférable de cacher. On se croit libéré, alors que la vraie liberté, c’est de savoir dit Non aux courants et autres phénomènes de société qui emportent  jeunes et vieux, vers la perdition et l’appauvrissement spirituelle, morale et physique.

 

On parle de tout, et spécialement de toutes les formes de péchés et d’interdits de la loi divine. Si quelqu’un se plaint de ce que cela viole le peu de conscience qui reste dans ce monde, la justification se présente à lui comme parole de vérité : c’est le monde d’aujourd’hui, on ne peut que le suivre. Illusion d’une vie meilleure en réalité qui détruit chaque jour l’essence même de l’homme, créé à l’image de Dieu. On se croit par là libre de tout, libéré,

 

En fait, le problème n’est pas récent, il est même vieux comme le péché du monde : Satan faisait déjà miroiter à Ève en Eden : « vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal » (Genèse 3:5) en lui suggérant que Dieu le lui cachait à tort. Illusion d’une vie meilleure, d’une position meilleure…

 

 

 

On croit donc gagner à tout dire et à tout savoir, à tout faire. En réalité, plus on enlève un tabou basé sur les principes de Dieu, plus on en met, et des bien pires. On ôte ceux que Dieu mettait pour épargner la saleté morale à sa créature et on met ceux qui se rapportent à Dieu et à ses avertissements, car on ne veut plus les écouter. C’est Dieu et ce qu’il dit qui devient tabou.

 

 

 

On vit dans une sorte de bulle d’assurance, qui fait croire que l’on a de comptes à rendre à personne et que la vraie vie d’abondance et d’assurance se retrouve dans cette vie de tabous levés, que la Bible appelle vie de péché. « Genèse 3:6  La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea.

 

 

 

On s’appuie sur  sa famille, sur sa race, sur ses relations, on se confie à soi-même, parce que l’on se croit fort, l’on se trouve  belle, intelligent, alors que l’on est entrain de construire sur du sable. Tout ce qui est illusion n’est pas réel et  tombe forcément un jour ou un autre. Quand tout cela tombe comme feu de paille, on se rue dans les églises avec des vaines prières répétées sans convictions. Illusions de connaître Dieu et de bien le prier. On se rassure du mieux que l’on peut, que les circonstances  ne changeront pas trop négativement pour soi. La mort, les accidents, la pauvreté n’arrivent qu’aux autres. Illusion de paix et de confort.  On ne veut pas prendre les choses de Dieu au sérieux, parce que l’on croit avoir toujours du temps, ou que ce temps est utilisé pour des choses vaines. Le monde court aujourd’hui, les montres sont dans tous les bras et sur  tous les mûrs, on se pose la question de savoir si c’est le temps qui va vite ou les hommes qui courent derrière le temps ?  Illusion d’une vie chargée et bien remplie, en réalité creuse quant à l’essentiel. Aujourd’hui les gens sont  débordés, pressés, stressés, pour être par la suite déprimés, comprimés…

 

 

 

Si on se focalise sur l’essentiel, en cherchant la raison de notre présence ici bas, si on se tourne vers la Parole du Créateur, et que l’on prenne le temps de demander la route à celui qui la connaît mieux (Jésus, le chemin), nous serons capables de marcher  avec lucidité, capables de faire les vrais choix.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article