Esclave de ce qui a triomphé de toi ?

Publié le par Pascal Babel'a

Marc 10:17-22 : «Comme Jésus se mettait en chemin, un homme accourut, et se jetant à genoux devant lui: Bon maître, lui demanda-t-il, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle?  Jésus lui dit: Pourquoi m’appelles-tu bon? Il n’y a de bon que Dieu seul. Tu connais les commandements: Tu ne commettras point d'adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; tu ne feras tort à personne; honore ton père et ta mère. Il lui répondit: Maître, j'ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse. Jésus, l'ayant regardé, l'aima, et lui dit: Il te manque une chose; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi.  Mais, affligé de cette parole, cet homme s'en alla tout triste; car il avait de grands biens


Jésus l’aima pour sa fidélité. Mais, après l’avoir entendu, il lui dira : Il te manque une chose; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi.


Ta vie chrétienne peut être une vie de fidélité et de désir ardent pour devenir parfait comme Dieu veut que tu sois. Et ces motivations au-dedans de toi font la joie de l’Eternel qui voit au plus profond de ton cœur. Et il t’aime véritablement. Mais au-delà de tous nos principes de vie spirituelle, il manquera quelque chose de très important si «  nous ne vendons pas, et donnons pas aux pauvres ce que nous avons de plus précieux ».


C’est vrai, et c’est bien, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices. Les sacrifices de la chair. L’obéissance vaut dans le cœur de Dieu bien plus que les sacrifices.

Mais Jésus a emmené cet homme au-delà de ses paroles, au-delà de l’apparence.  Il savait que malgré son désir de le suivre, il y avait encore et toujours quelque chose dans son cœur, de plus grand de plus précieux que ce désir de marcher sur ses traces vers le salut.

 

2 Pierre 2:19 dit : ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. ”


La richesse de cet homme triomphait de lui. Certainement, il lui était difficile de donner de son argent aux pauvres. Certainement, il aimait son argent, il aimait sa situation, il était assis financièrement, et le confort que lui procurait cette richesse lui faisait du bien. Il avait une assurance vie derrière lui, il se savait assis dans ce monde. Il est de même pour toi, Christ voit plus que ta régulière présence dans les lieux de culte, il voit beaucoup plus loin, beaucoup plus profondément dans ton cœur, il connaît tout de toi, il sait quand tu te lèves et quand tu te couches. Y a-t-il quelque chose qui domine ce désir de suivre Jésus dans ton cœur ?


Est-ce l’orgueil ? Tu ne peux supporter des réprimandes qui sont justes, des réflexions qui sont vraies, ni que quelqu’un autour de toi soit élevé, qu’on dise du bien de lui. Lorsqu’on fait des éloges de quelqu’un dans ton travail ou ailleurs, tu parles peu, et tu ressens un trouble à l’intérieur de toi.  Lorsque quelqu’un semble perdre de vue le statut social sur lequel tu es assis, tu veux t’imposer de force pour que les gens sachent que « Tu es là ».


Est-ce l’argent ? Tu ne peux pas donner à ceux qui en ont le besoin, tu n’arrives pas à aider, alors que ton cœur te reprend. Tu te persuades que tu n’en a pas assez pour toi-même. Tu sais que ton frère en a besoin, mais tu n’y arrives pas, c’est plus fort que toi. Tu tiens tellement à tes sous que tu ne comprends pas pourquoi tu dois donner une partie à ceux qui n’en ont pas. Tu les accuse même de ne pas vouloir travailler pour dépendre des autres. Tu n’arrives toujours pas à donner ta dîme, alors que tu es à Christ depuis des années. Au contraire tu épouses  très facilement ces enseignements de séduction qui te dissuadent de donner, soi disant c’est la loi ancienne. Parfois, tu aimes à dire que l’Ancien Testament est pour aujourd’hui, parfois qu’il ne l’est plus.

1 Timothée 6:10 dit : « Car l'amour de l'argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments. ”

 

Est-ce le sexe ? "C’est plus fort que moi. Il ya tellement d’énergie au-dedans de moi que je ne comprends pas comment els autres font pour tenir sans ça » tu penses que comme tous les besoins de ton corps, il te faut les assouvir de peur de tomber malade. Tu ne peux pas t’empêcher, même dans l’Assemblée, à regarder les filles, ou à fantasmer sur les hommes. Tes pensées sont toujours focaliser sur le sexe, même si tu ne le montre pas. Il y a encore un désir de regarder, de convoiter, de rechercher.  Jacques 1:14-15  dit : « Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort


Rien ne peut être caché devant Dieu, tout est mis à nu devant lui, ton cœur est percé, connu, il connaît les profondeurs de ta vie, de ta situation. Il connaît tes désirs.

Que tu sois dominé par l’orgueil, la jalousie, la rancune, le sexe ou par l’argent,

Dieu a un plan d’avenir et d’espérance pour toi. Jésus a un plan de libération, de liberté pour toi. Paul dira dans 1 Timothée 6:12 : « Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé ». Ceux qui sont possédés par l’argent, par l’orgueil se jettent eux-mêmes dans des tourments.

 

Cet homme dira à Jésus : J'ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse ». Saches que par tes propres forces, tu n’arriveras pas au bout, tu finiras par pleurer de douleur, par te sentir écrasé par la vie que tu crois être en Christ. Certains adhèrent à une religion qui est fausse, ils se mettent eux-mêmes dans des lois et dans une religion de commandements. C’est l’abandon total à Dieu, l’oubli de soi qui nous emmène à nous libérer de ce qui nous écrase encore, de ce qui nous attache encore et qui nous arrête dans la vie de la perfection à laquelle tout chrétien aspire


"Il s’en alla tout triste"


Si tu n’acceptes pas la solution de Dieu pour ta vie, celle de lui soumettre ce qui a triomphé de toi, et ta vie entière, tu fermeras ta connexion internet et partiras triste, et les jours continueront ainsi. Mais si tu acceptes la solution de liberté, la solution d’obéissance, si tu décides de ne pas regarder à toi-même, à tes voisins, tes connaissances, ta famille, mais de regarder à la Parole de Dieu, à Jésus, alors aujourd’hui sera un jour nouveau. Ne dis pas : je le ferai plus tard. Car le temps, tu ne l’auras peut-être PLUS, comme aujourd’hui.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article